20.11.07

Mardi 20 novembre 2007 ou le jour où j'ai failli mourir

Je viens de frôler la mort... alors que je sortais paisiblement du parking du Hilton à pied, à une dizaine de mètres devant moi, un truc en verre éclate par terre... je me demande ce que c'est sans plus, quand 1 seconde plus tard, une vitre entière tombe sur le trottoir et les voitures en stationnement, dans un fracas épouvantable! Je cours m'abriter sur le côté, mais c'était déjà fini… seules les alarmes des voitures abimées sonnent! Hallucinant! Une vitre d'environ 1m sur 1m vient de tomber du 15ème étage du bâtiment voisin du Hilton, sur le trottoir, sans demander à personne… Vu le barouf que ça a fait et les éclats de verre d'environ 1cm d'épaisseur partout à la ronde, ça aurait largement pu tuer quelqu'un… on a frôlé le drame! C'est incroyable! Du jamais vu!
C'est tombé environ 1 mètre à côté d'une femme qui marchait devant moi, à environ 10 mètres de moi. Heureusement on n'a tous les 2 reçu que de petits éclats de verre sur les chaussures… Ca fout les boules!
J'ai bien bien eu peur… encore + efficace que le grand huit de y'a 2 jours…
Je crois que ça ressemble à ça le destin… quand ton heure est venue, si tu dois y passer, tu y passes, même en faisant gaffe de bien regarder avant de traverser la route et de prendre plein de bonnes précautions tout le temps.
Quand je reviens 1/2h + tard, tous les alentours sont couvert de yellow scotch de la police, reflétant les gyrophares bleus et rouges…
Ca aurait été ballot tout de même, j'aurais même pas eu le temps de prévenir Ju (qui arrive de Paris demain mercredi) que je pouvais pas le loger finalement pour cause de décès. Il se serait retrouvé comme un con! La honte!
Bon ben je vais aller passer toutes ces émotions à une petite fête moi!

3 commentaires:

CresceNet a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Bob a dit…

Ça me rappelle une histoire racontée par un collègue qui a fait des travaux accros dans le passé :

Il installait des vitres sur un grand bâtiment dans Paris, pendu dans un baudrier à une centaine de mètres du sol.

Ils étaient deux pour manipuler des grosses vitres d'environ 2m2, ils faisaient ça avec des ventouses super costaud.

Un jour, une des ventouses a lâché, et à cause du déséquilibre, ils ont lâché la vitre... Ils l'ont tous les deux regardé tomber vers la rue en contrebas, pendant un instant qui leur a semblé durer des heures. La vitre virevoltait comme une feuille morte, ou plutôt comme une faux s'apprêtant trancher tous le passants en 2...

Et finalement, dans une dernier balancement, la vitre a été s'écraser dans un terrain vague voisin.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.